Le parfum


Hellooooo !!!

J'avais oublié qu'il me restait encore des chroniques à poster lol C'est l'effet Noël :)
Voici un livre qui va aussi rentrer dans Un an, un challengeet des livres, avec le thème : un livre que tout le monde a lu sauf vous. Le parfum est un classique et énormément de gens l’ont lu. Perso, je n’avais vu (et adoré) que le film. Maintenant je peux dire que je l’ai enfin lu !


Voici le résumé :


Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s'appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n'aurait pas survécu. Mais Grenouille n'avait besoin que d'un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n'avait besoin de rien.
Or ce monstre de Grenouille, car il s'agissait bel et bien d'un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l'univers, car « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes ».
C'est son histoire, abominable… et drolatique, qui nous est racontée dans Le Parfum, un roman très vite devenu un best-seller mondial, et aujourd'hui porté à l'écran.


♣♣♣♣♣♣♣

J’avais encore des images du film en tête et j’avoue que parfois, du coup, j’ai eu du mal à accrocher avec le livre. J’avoue que j’ai préféré l’adaptation cinématographique, chose rare, même si elle n’est pas totalement fidèle au bouquin.

C’est un livre qui sent. Oui, curieux à dire, mais tout au long l’auteur décrit les odeurs, les parfums, il énumère des tas de fleurs, plantes etc. C'était plaisant mais parfois trop. J’étais un peu noyée dans les longues descriptions. Bon au moins, j’ai appris des choses sur l’art de la parfumerie à l’époque. Mais quand même…

Le roman est en quatre parties. Quatre passages importants de la vie de Grenouille. Ce côté-là était intéressant pour voir son évolution, pour le comprendre. Il est inhumain, vide, et c’est un tueur. Et pourtant, je ne le trouve pas monstrueux. Bizarre ? Oui, certainement. Je l’explique par le fait que les meurtres s’enchaînent à la fin mais on n'entre pas dans les meurtres, on n'accompagne pas Grenouille dans cette partie là de sa vie. C'est survolé. Je n’y ai senti aucune perversité, il n’y prend même pas plaisir. Histoire d’un meurtrier, mouais… j’aurais pas mis ça en sous titre.

Je sors mitigée de cette lecture. Finalement, Grenouille n’aura pas eu d’odeur pour moi non plus, il ne laisserait pas d’empreinte littéraire. Je comprends que des gens adorent ce livre car il est très travaillé et on entre dans l’intimité d’un sociopathe, mais je ne fais pas partie des adeptes. Dommage. Par contre, j’ai envie de revoir le film ^^

Bisous ! 




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cave

Normal(e)

Swap zombies