samedi 28 février 2015

Les cowboy lovers


Bonsoir,

J'espère que vous passez un bon week end ! Le mien est chargé du coup c'est vraiment au dernier moment que je rédige ma deuxième chronique pour le challenge un mois, un thème. Je rappelle le thème de février : lectures olé olé. Et là j'ai vraiment préféré à 50 nuances de Grey. Je remercie les éditions Sharon Kena pour m'avoir envoyé ce roman de Pierrette Lavallée. 
Je vous laisse découvrir le résumé : 

Bill, Jesse, Butch, Franck et Calamity sont les membres de la Fratrie Sectang qui gèrent, avec l’aide de Dylan, un petit village touristique ayant pour thème le Far West 
Et comme dans l’Ouest américain tout n’est pas si paisible que ça au sein de ce petit paradis... Violence, vol, tentative de meurtre, chantage vont mettre les nerfs de nos cow-boys à rude épreuve, mais quand amour et sensualité s’en mêlent la situation risque de devenir… Intense !

♣♣♣♣♣♣♣♣♣

D'abord il faut savoir que j'adore les cowboys ! Pour ça que j'ai craqué pour ce roman alors que le style érotique ce n'est pas ma came. Je suis restée ouverte au possible pour accepter, par exemple, que les protagonistes puissent se sauter dessus en même pas cinq minutes. Pas évident pour moi, je vous l'avoue ! 

Je l'ai souvent lu sur fond de musique country et j'étais à fond dedans. Il y a une histoire pour chaque membre de la fratrie. C'est comme plusieurs nouvelles qui se suivent dans le temps. Ainsi on voit l'évolution des personnages qui étaient au centre des précédentes, et par la même occasion l'évolution de toute la famille. Ca se passe sur plusieurs années puisqu'il y a même les bébés ! 

Je me suis beaucoup demandée où ça se passait. Au début je me suis dit les Etats Unis et l'évocation de l'ANPE était juste pour "traduire" (d'ailleurs ça ne s'appelle plus ainsi depuis dix ans au moins mais Pole Emploi - oui, je suis chieuse, je sais ^^), mais il est dit à un moment que les parents sont partis aux states il y a 7 ans donc je me suis dit Canada ? Mais non, ça parle d'euro, donc c'est en France. Bon, j'ai du mal à concevoir tous ces prénoms américains du coup. Enfin, ce n'est pas le plus important. 

C'est bien écrit, pas spécialement vulgaire et les personnages sont sympathiques, même attachants pour certains. Au début j'aimais beaucoup Butch mais quand c'est sa partie, grrrr je l'ai trouvé tellement con. Je ne lui aurai jamais pardonné, perso. Il va trop loin ! Autant les autres sont présentés un peu comme des héros, des sauveurs, lui passe pour un sale type. Du coup mon coeur balance entre Bill et Jesse ^^ Quoique Franck... Il est tellement chou ! En plus il craque pour une fille enceinte. J'ai trouvé ça super original !! 

Ce qui l'était moins c'était le développement des histoires et les filles. Toujours foutues pareilles, "menues mais avec des formes généreuses", on dirait qu'on prend la même et qu'on change de coupe de cheveux. Les caractères varient un peu heureusement. Par contre c'est toujours : elle arrive, ils se voient, ils se veulent direct et quasiment aussitôt elles se font prendre la bouche, ou plus. Ca m'a lassée. Ok, il faut accélérer mais à la fin j'ai eu l'impression de lire la même histoire en boucle, à quelques détails près. Même le coup de "la goutte au bout du gland" était remis à chaque coup... 

Point positif quand même : on a des petites intrigues. Tout ne coule pas de source et ça c'est sympa car du coup ça ne tourne pas qu'autour du sexe. Ca permet des pauses et d'approfondir le caractère des personnages. 

Pour conclure, je dirais... Où se trouve le Sexas ? ^^ D'ailleurs ce nom m'a bien fait rire ! Un peu kistch mais ça leur va bien :)
Amatrices, amateurs de livres érotiques je vous le conseille pour passer un bon moment. Avec des coupures pour ne pas avoir la même impression que moi et garder le plaisir tout du long. D'ailleurs sur le site de Sharon Kena vous pouvez acheter nouvelles par nouvelles. 

Bisous 



vendredi 27 février 2015

Le bus de midi sept


Bonsoir !

Enfin le week end !!! Une semaine un peu ennuyeuse au boulot, heureusement que j'avais de quoi lire. Je commence par une nouvelle dramatique de Jean-Paul Paris. Ah oui, désolée, c'est pas joyeux pour un vendredi soir mais je me rattraperais !
Voici le résumé :


Au bout du rouleau, en rupture de la société, un homme prend un bus en otage. Au fur et à mesure que le temps passe, une folie meurtrière s'empare de lui. Comme dans les jeux vidéo qu'il affectionne, il tue froidement. Sa femme, qui l'a quitté, va tenter de le faire revenir à la raison.
Le Bus de midi sept est un drame à deux voix, le drame des laissés pour compte qui tentent de trouver leur place dans un monde qui ne veut pas d'eux.

♣♣♣♣♣♣

D'abord je voudrais remercier les Editions Meules de Foin pour leur confiance et m'avoir fait découvrir ce livre. Merci aussi pour la dédicasse :)

Le sujet du bouquin est totalement d'actualité. Frappant de réalisme. Combien de fois on a vu des gens baisser les bras, ne plus en pouvoir et péter les plombs ? Avec les usines qui se délocalisent, les harcèlement au boulot, la vie de plus en plus difficile, certains perdent les pédales et parfois ça fait très mal. 

C'est ce qui arrive au personnage principal de ce livre, et à sa femme - la deuxième voix. Jérôme n'en peut plus et une folie meurtrière le prend. Et tant pis pour les dommages collatéraux, il s'en moque. Il n'attend finalement plus rien de la vie. 
On en apprend un peu plus sur lui, et sur Charlotte. Comment ils en sont arrivés là. La vie n'a pas été tendre avec eux mais est ce une excuse ? Là, n'est pas la question en fait. D'ailleurs le "héros" n'en cherche pas, d'excuse. C'est un peu la fatalité. Il n'est qu'un homme après tout, faible et lâche. Alors on se dit quel gâchis. 

Je sais que c'est une nouvelle mais j'en aurais voulu plus. J'aurais voulu plonger dans la vie de ces laissés pour compte, là j'ai eu l'impression de rester en surface, c'est dommage. 

C'est bien écrit, fluide. J'ai enchainé les pages à une vitesse folle, me demandant comment ça allait finir. Mal on s'en doute mais la surprise est quand même là. Pour moi en tout cas. Ca a jeté un froid. Sans doute le but recherché et atteint. 

Pour un premier roman c'est prometteur. Si l'auteur en écrit d'autres et plus développés, ce sera intéressant à découvrir ! 

Allez, ne vous en faîtes pas, je reviens très vite avec du plus léger :) 


Jean Paul Paris est Normand de souche, a passé une partie de sa vie en seine Maritime. Puis il s'est expatrié dans la ville du Havre pour son travail. Aujourd'hui, il habite dans le département de l'Eure dans un petit village proche du bord de Seine et du marais vernier.

L'écriture fait partie de son quotidien depuis de longues années. Ce premier roman LE BUS DE MIDI SEPT édité aux éditions meule de foin est un aboutissement pour cet auteur. Ses goûts littéraires passent par Amélie Nothomb, Yves Ravey, Patrick Modiano... Ses inspirations viennent du quotidien, de l'actualité... Il est sur un autre projet d'écriture dont il ne manquera pas de vous tenir au courant. 

mardi 24 février 2015

Une nuit dans tes étoiles


Me revoilà !!

Oui oui, déjà ! Ce matin dans le train j'ai eu le temps de lire le roman court Une nuit dans tes étoiles d'Emily Blaine. Comment ça je suis accro à ces romans ? Mais non... bon ok, juste un peu ^^
Il s'ajoute à mon challenge de février pour Un an, un challenge et des livres en partenariat avec Sur l'étagère, derrière la sirène en plastique et La Malle aux livres : blogs (y'a les liens sur la droite) de mes copines Samounette & Gwenlan avec qui je serais au salon du livre en Mars. Trop hâte !!
Voici le résumé : 


Pour la St-Valentin, Anna avait imaginé à peu près tous les scénarios sauf celui-là. Exit le diner romantique à New-York, les pétales de roses et le magnifique bijou en cadeau. Non, cette année, Cupidon a tranché : ce sera tempête de neige, aéroport blindé et trois cacahuètes pour tout repas. De quoi détester le 14 février... Sauf que l'angelot a plus d'un tour à son carquois, et il se pourrait bien qu'il envoie une petite fille en robe rouge pour guider Anna vers son soleil.

♣♣♣♣♣♣♣

Quand j'ai vu le peu de pages j'avoue m'être dit : quoi ?? C'est une blague ?? Les nouvelles ce n'est pas mon truc, ça me frustre trop. Déjà que 150 pages, ça me laisse parfois sur ma faim. Mais bon, j'avais envie d'une coupure tendresse alors je me suis laissée tenter. 

J'aime bien l'ambiance tempête de neige, coincée à l'aéroport et là : THE rencontre. Pas de patron abusif, pas de gros macho dominateur, mais un papa trop craquant ! C'est marrant parce que, lorsque j'ai rencontré Emily je lui avais dit que j'aimais bien quand les personnages avaient des enfants car c'était trop rare. Elle m'avait juste dit que dans ses romans les gamins étaient parfaits, je pensais que c'était dans l'un que je n'avais pas encore lu, du coup : surprise !

Comment ne pas craquer pour Mark ? Le mec il vous donne envie de le suivre au bout du monde ! Je comprends Anna ! Mais que va-t-elle faire ? Oui parce que vu que c'est en fait la première partie, et bien on ne sait pas comment ça se termine. Ô frustration, quand tu nous tiens !! Emily, tu vas te faire engueuler au SDL, non mais ! :) 

Une jolie romance qui vous tiendra compagnie le temps d'un trajet ou dans la salle d'attente du médecin (vu qu'on doit toujours poireauter au moins 30mn même quand on a rendez vous grrr). Mais attention : vous aurez une terrible envie de chocolat chaud après ça !!

Bisous 




Sur son ordinateur, Emily Blaine a toujours un fichier ouvert : morceaux de dialogues, esquisses de personnages, elle y note tout ce qui pourrait lui servir pour combler celles qui ont besoin de rêver un peu au quotidien – de préférence avec des histoires d’amour sexy,drôles et imprévisibles !
Maman, c'est une jeune femme pleine de peps et un peu obsédée par la bouffe je crois ! héhé ^^ 

Hunter - l'ange déchu, t1


Hello !!!

J'espère que vous allez bien. La semaine passée, je ne sais pas ce que je couvais mais j'étais complètement K.O. Mode je me sentais vieille lol Là, ça va mieux du coup j'ai pu finir Hunter de Marion Obry, encore une frenchie qui envoie du lourd ! C'est tellement bon de pouvoir prouver qu'il n'y a pas que les américains pour nous en mettre plein les yeux ^^ Et je remercie les éditions Sharon Kena pour m'avoir envoyé ce petit bijou.
En avant pour le résumé : 


Il fut un temps où le monde vivait dans l'amour de Dieu et sous la protection des Anges. Dans un passé lointain, Lucifer se rebella contre eux avant de créer les Enfers. Lui, l'Ange déchu, engendra de nombreuses lignées de Démons. Aujourd'hui, il prend sa revanche sur l'humanité et sur le Ciel.

♣♣♣♣♣♣♣♣

D'entrée de jeu on est plongé dans l'univers fantastique et sombre du livre. La scène d'ouverture pose le décor et on se demande bien qui est le mystérieux blessé. On découvre assez rapidement qu'il s'agit de Cal, un amnésique devenu Hunter. Mais est ce que Dame Alice, qui gère la guilde de Rome en sait plus ? Bonne question ! J'aime quand on ne sait pas tout direct. Ca rajoute un certain charme au personnage. 

L'histoire tourne essentiellement autour de deux Hunters : Cal et Sebastian. Le premier, le beau blond qui ne sait rien de son passé, est le plus humain des deux. Il est souvent à deux doigts de se faire tuer parce qu'il veut sauver la veuve et l'orphelin. Sebastian c'est le mec expéditif, limite sans coeur, mais qui intrigue tellement qu'on a quand même envie de le découvrir, qu'on se persuade que ce borgne - qui reste quand même sexy - a un coeur. Au début, le duo m'a fait penser aux frères Winchester dans Supernatural, mais en beaucoup plus sombre biensur. Il n'y a pas d'humour, c'est du sérieux et l'atmosphère pesante est palpable. Plus d'une fois j'ai stressé pour eux et pour les personnages qui les accompagnent. On s'attache à eux facilement. 

Je dirais que le premier tome est un peu en deux parties. La première c'est comme une introduction des protagonistes et de leur univers chaotique. Ensuite on en vient au coeur de l'histoire, ça monte en pression, c'est sans répit et parfaitement sinistre.
Perso, c'est un univers qui m'a toujours attirée (même si je ne veux absolument pas y vivre hein^^) : les démons, les anges; ça ouvre un panel de possibilités infini, et quand c'est bien écrit c'est le top. Là, c'est le cas. La plume est agréable, fluide, entraînante. Et, j'insiste lourdement là dessus, l'auteur connait son sujet. Beaucoup de références bibliques - les versets du Livre des révélations m'ont toujours fascinée -, des démons bien représentés qui ne tournent pas au ridicule comme parfois... Légion est horriblissime et c'est juste génial ! Vous comprendrez que les âmes sensibles devraient éviter de lire ça avant de se coucher ;) 

Le livre, même s'il ne s'en inspire pas, m'a rappelé le film Legion que j'avais beaucoup aimé malgré son côté hollywoodien. Les fans de fantastique, de batailles entre le Bien et le Mal, devraient être séduits. Quant à ceux qui ne connaissent pas bien le genre, je le conseillerais pour découvrir. 

Une dernière chose ; à quand la suite ??? Je suis impatiente !!




Marion Obry est née le 21/04/1993 

Jeune auteur originaire de Brive, elle est en licence de droit. 

jeudi 19 février 2015

Zombies don't cry

Helloooooo !!!

Me revoilà avec un livre choisi par ma binome Rinne pour le challenge duo sur Au boudoir écarlate . La dernière fois j'ai découvert Mercy Thompson grâce à elle et adoré, là c'est pareil : encore une saga qui s'annonce d'enfer ! Huhu, ok je sors pour le jeu de mots ^^
Voici le résumé :



Je m'appelle Maddy et je suis une jeune fille comme les autres (si l'on en oublie le fait que j'aime bien zoner dans les cimetières) : je vais au lycée comme tout le monde, j'ai une meilleure amie comme tout le monde, et oui, comme la plupart des filles j'aimerais beaucoup que Stamp - le nouveau - m'invite à sortir.

Notre premier rencard a comme qui dirait été "électrique" puisque j'ai été frappée par la foudre. A mon réveil, plus de battements de coeur, plus de respiration.

On dirait que je suis devenue... un zombie. 

♣♣♣♣♣♣♣♣

Tout d'abord il faut oublier les classiques zombies sans âmes, juste cannibales et compagnie. Quand j'ai vu ça la grande fan de zombie que je suis s'est demandée si ça allait partir en free style comme dans Zombie Nation mais non, pas du tout ! Certes ça n'a rien à voir avec The Walking Dead (j'adore cette série !!) ou Resident Evil mais c'est super !

Pour le coup le zombie se rapprocherait un peu plus du monstre de Frankenstein. On apprend comment il est possible de devenir un zombie et c'est grâce à l'électricité. Pourquoi pas après tout ! Maddy découvre ce nouvel univers en même temps que nous. C'est une ado lambda, sympa, avec ses complexes et ses prises de tête. Elle est dans l'ombre de sa meilleure amie, craque pour le nouveau super mignon et pour une fois c'est réciproque. Seulement rien ne va se passer comme prévu et elle va découvrir que les morts de ses anciennes camarades du cours de cuisine ne sont peut être pas si accidentelles... La voilà donc plongée dans une nouvelle vie, avec des règles et surtout : des méchants ! Comme si être zombie n'était pas suffisant, la pauvre ! 

Ce livre est drôle, entraînant, original, émouvant aussi. Je l'ai lu très vite contrairement à d'autres parce que j'étais emportée par l'énergie du livre et par l'histoire. Le coup du guide de survie pour les zombies m'a vraiment fait rire, car j'ai moi même lu le guide de survie en territoire zombies ^^ J'ai bien aimé ce nouvel angle de vue, d'accorder aux zombies un peu plus de profondeur, d'humanité, qu'ils ne soient pas que des monstres. C'est vrai, je reste fidèle à mes zombies de base, mais quand même ça vaut le détour. Un zombie sexy c'est un peu le top du geek, non ? ;)

J'ai vu qu'il y avait deux autres volumes. Je vais me les procurer au plus vite ! En attendant je le conseille aux fans de fantastiques qui rechercheraient quelque chose de léger et drôle. On a même droit à une petite romance ! N'hésitez pas.

A bientôt ! 


lundi 16 février 2015

Wally Jazz


Bon lundi !


J'espère que vous allez bien ! Je reviens avec une chronique moins fracassante que pour 50shades ;)
Je commence en effet cette semaine avec une romance sur fond de jazz et de racisme : Wally Jazz de JB Lemal, un livre qui m'a été envoyé par IS Editions . J'ai été très tentée par le résumé que je vous poste de suite :


Wally Jazz Rivers est né en Caroline du Sud en 1925, avec pour toute fortune sa négritude, un talent de pianiste et le Jazz. Son histoire d’amour avec Laura, une jeune fille blanche douée pour le dessin, va bousculer les règles de la ségrégation.

Chassés par tous, ces aventuriers de la vie se retrouveront à New-York, à Paris pendant la guerre, et au bord de la rivière Savannah. La musique de Wally et les portraits de Laura vont dévoiler la profondeur de leurs blessures et de leur passion…

Cette histoire est basée sur la vie de plusieurs musiciens et s’inspire aussi de faits historiques peu connus de la seconde guerre mondiale, sur la vie à Saint-Germain-des-Prés à la fin des années quarante. L’ensemble du récit est bien sur rythmé par la musique de Jazz !

♣♣♣♣♣♣♣♣

Tout d'abord je ne m'attendais pas à ce genre de roman. En fait j'imaginais une histoire plus violente, plus sombre. La plume de l'auteur est très poétique, musicale. Je ne suis pas fan de jazz mais je me suis laissée emporter par le rythme, j'ai réussi à visualiser et même entendre les soirées dans la 52e rue. 
Vu que je m'attendais à autre chose, il y a quand même eu trop de passages sur les rencontres et envolées musicales de Wally. Par moment je trouvais qu'il avait un comportement égoïste, et limite autiste. Mais c'est sans doute dû au fait que je ne suis pas fan du genre comme je l'ai dit, ni musicienne. A mon avis, les amoureux de musique seront totalement embarqués ! 

L'histoire d'amour entre Wally et Laura est compliquée, pure, indestructible. Depuis l'enfance ils savent que c'est interdit mais ils ne peuvent lutter. Après le racisme, la ségrégation, c'est au tour de la guerre de les séparer. On a alors le point de vue de Wally comme toujours car c'est écrit à la première personne, et puis on a des passages à la 3e pour nous parler de ce que fait Laura, mais aussi d'autres personnages importants. Ce n'est jamais très long, juste ce qu'il faut pour expliquer ce qu'il se passe ensuite. Ca nous permet aussi de voir l'évolution de tous et c'est important. 

Le sujet du roman n'étant finalement pas tant les problèmes de race, ni l'histoire d'amour mais la musique, j'ai trouvé que malgré une vie qui commençait mal, Wally est chanceux. Il rencontrera beaucoup de musiciens, des personnes prêtes à l'aider sans le connaître, et des célébrités : Boris Vian, quand même ^^

Mais du coup je n'ai pas bien compris la fin. J'imagine que c'était la volonté de l'auteur que ça finisse ainsi cependant ça m'a surprise. ATTENTION SPOILER !!! Pourquoi Wally se fait avoir si bêtement ? Ca n'a aucun sens. Qu'il meurt, ok, mais qu'il se fasse attraper de la sorte... Ca m'a laissée un peu déçue. FIN DU SPOIL ! 

Pour conclure, je dirais que c'est une histoire mélodieuse, jazzy, idéale pour les amoureux de musique. Moins pour les amateurs de romance pure et dure. Pas un coup de coeur mais je suis contente de l'avoir découvert. 

A bientôt ! 

jeudi 12 février 2015

50 nuances de Grey


Coucou !!!

J'espère que vous allez bien ! Je suis encore en plein rhume d'où m'a lenteur pour lire en ce moment :/ Et que lis-je ? Ceux qui suivent ma page facebook le savent déjà : 50 nuances de Grey. Comme m'a dit Samounette : Tu l'as jamais lu ?? - Non. Et si je le tente enfin c'est uniquement pour le challenge Un mois, un thème de février (lecture olé olé). A sa sortie déjà il ne me tentait pas, vu les bandes annonces qui pullulent sur la toile : encore moins. Maintenant que je l'ai lu... Et bien disons que comme Twilight, je peux me permettre de critiquer vu j'ai subit la lecture. Bon, le résumé pour celles et ceux qui n'ont toujours pas découvert cette saga.



Romantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.


Lorsqu'Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d'entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l'oublier. Jusqu'à ce qu'il débarque dans le magasin où elle travaille et l'invite à un rendez-vous en tête-à-tête.



Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.



Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu'ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets.

♣♣♣♣♣♣♣

Alors déjà pour le romantisme, on repassera hein ! Je ne sais pas où ils en ont vu dans ce bouquin qui est pour moi aux antipodes du romantisme. Ils ne sortent même pas ensemble, ils ont un contrat...pas plus excitant que mon contrat de travail actuel, une dizaine de pages d'ennui total. C'est tellement scolaire, pas de surprise, pas de spontanéité ou à peine... rasoir, non ? Même quand ils vont coucher ensemble il la prévient, c'est nul. Là, je vais te prendre. Mais ta gueule mec, fais le ! *désolée je deviens vulgaire*

Les personnages principaux. Erm... Commençons par elle : fausse prude, un peu gnangnan, on dirait qu'elle a vécu sur une autre planète pendant 22 ans. La carte de la pucelle, pourquoi pas, mais au point qu'elle n'a embrassé que trois mecs dans sa vie, ne s'est jamais touchée, et du jour au lendemain, se transforme en accro au sexe avec un mec qui n'est même pas son mec mais qui lui dit clairement  qu'il la baise... Perso, ça m'a gênée. Impossible de me projeter et de m'imaginer un peu à sa place. Carrément impossible même parce qu'en prime je trouve Christian Grey insupportable, limite bipolaire avec ses sautes d'humeurs. Ok il est décrit comme trop beau, mais à part ça ? Je ne l'ai pas trouvé mystérieux, ni charismatique, juste casse pieds et imbu de lui même. Même son histoire ne me touche pas. 

C'est quoi cette première fois ?? Sérieux ? Résumons : Je vais te faire l'amour, enfin te baiser vite fait bien fait comme ça on passe à la suite. OMG ! En plus, pas de quoi s'émoustiller dans toute cette scène, et bon, faut pas déconner : c'est pas un surhomme le mec ! Faire jouir une fille juste en lui tripotant rapidos les tétons... et il peut enchainer plusieurs fois de suite sans même transpirer !!... allo ??? Roman, ok, fiction, ok, mais quand même. Je parle même pas du reste de la scène (et c'est ça à chaque fois), remplie de "putain, je vais te baiser, je vais te prendre" (romantique ??) et de descriptions pas toujours terribles. Je suis peut être trop exigeante, allez savoir ! Quoique non, car dans certains romans, rien qu'un baiser peut me rendre toute chose. 

La suite du livre... ça baise, ça baise. Ah ! ça négocie aussi. Pfff j'en étais à 280 pages que j'en pouvais vraiment plus ! En plus l'arnaque : il doit lui dire pourquoi on ne peut pas le toucher et il balance juste que sa mère était un camée. Et ??? La seule chose qui m'intéresse dans ce fichu livre. 
Je ne supporte plus le côté cru. Une citation parmi tant d'autres " Pour le fisting d'accord, on laisse tomber. En revanche, j'aimerais vraiment t'enculer." Qu'on ne me redise pas que ce livre est romantique, par pitié ! Je ne suis pas prude mais on me parle comme ça, j'éclate de rire et je le jette le mec, aussi beau soit il. J'ai toujours du mal à comprendre comment mamzelle pucelle-qui-n'a-jamais-eu-de-petits-amis accepte que le gars lui beugle à tout va qu'il va la baiser. Pouah ! Et au final le dominant-harceleur se fait mener par le bout du nez et devient trop "mignon", la dominée est une gamine mais au moins elle n'avait pas fait de promesses, elle.

J'en ai aussi eu marre de toujours lire "ma déesse intérieure blablabla..." Je peux pas expliquer vraiment mais je trouvais ça lourd. Et le terme déesse ne me plait pas, voilà. 

Et ça m'énerve ces mecs trop beaux, trop riches, qui savent tout faire, qui connaissent tout, qui savent même quand t'as tes règles ! D'ailleurs quelqu'un devrait lui apprendre qu'on ne doit pas jeter les tampons dans les wc et aussi qu'on croque les huitres, on les gobe pas :p 

La seule chose au final que j'ai bien aimé ce sont les échanges de mails. Le principe déjà, et aussi les messages en eux même. La plupart était sympa et drôles. Les titres en objet, c'était bien joué ! Ca m'a rappelé quelques souvenirs :) 

Vous l'aurez compris, je ne comprend pas l'engouement pour ce livre, ni le film. Chacun ses goûts heureusement ! Mais je lis parfois des perles qui ne sont pas connues et ça, c'est best seller... Bien entendu je ne lirais pas les suites. 

A bientôt avec une chronique plus enthousiasme, j'espère !! Bisous



mercredi 4 février 2015

Pourquoi choisir ?


Hello !

Comment ça va en ce milieu de semaine ? Perso, je couve quelque chose et ça fait ch... !
Enfin, je n'écris pas pour me plaindre ^^ Mais pour vous parler du livre que je viens de finir et qui entre dans mon challenge Un an, un challenge et des livres : Pourquoi choisir d'Emily Blaine. Oui, oui, je dévore ses livres ! Cela dit même s'il m'a plu, il ne détrône pas Dear You. Avant de m'étaler , voici le résumé :


Rencontrer l’héritier le plus puissant (et le plus canon) de la région en étant déguisée en fée clochette : DONE. Voir son vieux van agonisant ressuscité par un audacieux brun aux yeux clairs (véritable incarnation du fantasme du bûcheron) : DONE. Devenir l’organisatrice de la soirée la plus select du coin…mais accepter une proposition un peu limite du commanditaire : DONE. Trouver l’amour ET choisir entre Costume-Trois-Pièces et Vieux-Jean-Délavé : PAS DONE (du tout).

♣♣♣♣♣♣♣

Comme toujours c'est bien écrit, Emily a une plume vraiment sympa. Il n'y a pas de longueur, plusieurs passages sympa et drôles. Certains échanges entre les protagonistes m'ont fait rire. D'autres grincer des dents parce que, pour une fois, le big boss est vraiment un sale con insupportable. Rassurez vous, il n'est pas l'un des deux hommes entre qui l'héroïne doit choisir. Encore que choisir est pour le coup un bien grand mot.

ATTENTION SPOILER. Ne lisez pas si vous ne voulez pas gâcher votre plaisir. Mais ça doit être dit : pourquoi ce titre ? A aucun moment Liz n'est attirée par Peter, même si elle avoue qu'il est beau. On sait très bien dans les bras de qui elle va tomber, surtout qu'entre les deux y'a pas photo. Non, sérieusement niveau triangle amoureux... raté ! Quant à l'animosité entre les deux hommes, il m'a pas fallu longtemps pour comprendre que le père de Peter avait fricotté avec la mère de Jonathan, à partir de là facile de savoir qu'ils sont demi frères. Enfin, bon, c'est pas un policier non plus donc ce n'est pas grave. 

VOUS POUVEZ RELIRE. Ce qui m'a dérangée dans le livre c'est le manque d'originalité. Pourtant ça démarrait bien : le boulot de Liz, le décor. Mais bam ! Encore un patron qui veut son employée et qui abuse de ses pouvoirs. Pffff. J'ai ma dose là. Autre bémol : c'est toujours la même fille, à un ou deux détails près. Le caractère en tout cas c'est pareil : une fille qui a du bagou, parfois trop, qui se laisse pas approcher, qui veut toujours dominer... Avec l'intro de Liz et son van pourri plus son costume de fée clochette, j'espèrais une héroïne plus légère, plus fun et pas une Xena la guerrière pour citer le bouquin. Pareil pour les mecs, même si Jonathan était un brin plus relax que les autres. 

En résumé, ce n'est pas que j'ai pas aimé. Ca reste une romance sympa, et rapide à lire. Mais je suis restée sur ma faim, déçue. Ca ne m'empêchera pas de lire les autres ;) 

A bientôt ! 


lundi 2 février 2015

L'Immortis - Voyageurs, tome 2


Bon Lundi !

Je sais, personne - ou presque - aime le lundi :) Mais pour vous donner un peu de courage, je vous propose (enfin !) de lire ma chronique sur le tome 2 de Voyageurs d'Emilie Zanola. Pour ceux qui n'auraient pas tout suivi pensez à lire celle sur tome 1 ^^
Maintenant, le résumé de ce second opus :


Les cauchemars reviennent, plus violents que jamais. Des Voyageurs disparaissent et les faux- semblants s’estompent. L’angoisse s’installe à la Cité des Rêves qui tremble face au groupe malfaisant des voleurs de rêves... Liana, notre héroïne, va devoir relever des missions de plus en plus sombres et mystiques ! Malgré les drames qui s’abattent autour d’elle, l’étudiante va faire la découverte d’un objet étrange qui se révélera décisif... Une course contre la montre s’engagera alors, afin de rendre l’espoir à un peuple en perdition. Liana devra absolument retrouver l’Imortis, une magie millénaire. Mais un ordre obscur se mettra sur sa route : Les Trois ! La jeune femme aura plus que jamais besoin d’être entourée. Accordera-t-elle encore sa confiance à Gab, son petit ami possessif ? À Sarah, dont les absences dérangent ou à Naël, qui semble cacher son jeu ? Les Voyageurs sont plus que jamais en danger ! Liana parviendra-t-elle à les sauver ?

♣♣♣♣♣♣♣♣

J'ai adoré le premier tome et encore plus celui ci. Je dois dire qu'il avait quelque chose de plus profond, plus angoissant aussi. Il est intense ! Tout s'enchaine, on découvre de plus en plus de choses, les traîtres se dévoilent, les héros sont malmenés, le stress monte en puissance, c'est génial !

Une nouvelle fois, l'auteure nous entraîne dans son univers et nous le fait si bien partager que perso, j'y crois ! C'est certain et je suis une rêveuse lucide à défaut de ne pouvoir être une voyageuse ^^
L'écriture est toujours fluide, on voyage, on rêve. La magie opère toujours, si ce n'est encore plus.

Les personnages se dévoilent de plus en plus, ils évoluent tout comme leurs relations. Liana me plait beaucoup, elle n'est pas parfaite mais elle n'est pas saoulante comme bon nombre d'héroïne. Pis moi je veux qu'elle soit avec Naël !!! Gabriel m'énerve trop, voilà. J'ai trouvé Fred très touchant, les autres sont encore un mystère même si on en sait plus. 

Et cette fin ! Truc de fou !! On dirait la fin d'une saison de série américaine. Bam ! Prends toi ça et attend six mois pour la prochaine saison. Ô rage, Ô désespoir !!! J'ai tellement hâte, le tome 3 promet d'être explosif !

Encore une fois je vous conseille cette saga. Elle est vraiment top ! 

Bisous et bonne semaine ♥