jeudi 29 janvier 2015

Concous Saint Valentin


Coucou !

La Saint Valentin approche ! Que vous soyez en couple, amoureux ou célibataires, je vous propose un concours avec des cadeaux surprise !!! 

Pour participer, il vous suffit de commenter ce post en laissant une citation, un extrait de poème, une réplique de films/livres... en rapport avec l'Amour ♥ 

Le concours se terminera le 9 février à minuit. Ainsi les gagnant(e)s pourront recevoir leur cadeau pour la fête des amoureux :)

Bonne chance à toutes & à tous ! N'hésitez pas à faire tourner si le coeur vous en dit. 

Bisous

PS: un bonjour n'a jamais tué personne ;)

Le fils du Diable est un Ange


Bonjour !

Kate Oliver m'a proposé son livre afin que je puisse faire une chronique. Evidemment j'ai accepté, j'étais très intriguée par ce roman.
Du coup, on peut dire que j'ai mon premier service presse :) D'autant plus que la maison d'édition m'en a proposé d'autres le pied ! Vous trouverez toutes les info sur le livre sur leur site IS Ebooks mais je vous propose quand même le résumé :


À une époque moyenâgeuse où se mêlent magie et sortilèges, Kaouk, enfant de la honte et du déshonneur, s’est juré de déjouer les plans machiavéliques de Mortador. Or, ce dernier est un redoutable sorcier, épaulé de surcroît par le sanguinaire Volcos et une armée de renégats.

Le chemin de Kaouk sera jalonné d’embûches, de batailles épiques et de rencontres inattendues…

C'est ainsi qu'il fera la connaissance d’une magicienne vivant au Royaume des Lépreux, dont les visions lui parleront de mystérieuses Entités susceptibles de l'aider à rendre aux villageois opprimés leur liberté perdue.

L’amitié de Nand, un farfadet malicieux, et la tendresse d’Opaline, son amie d’enfance, suffiront-elles à lui insuffler la force nécessaire pour mettre fin aux exactions du tyran ?

Entre Bien et Mal, pardon et vengeance, Kaouk devra faire des choix qui bouleverseront son destin à jamais…

♣♣♣♣♣♣♣

Alors, alors ^^ Pour commencer j'ai beaucoup aimé ce roman. La plume de l'auteure est fluide, il y a beaucoup de vocabulaire mais je n'étais pas perdue comme je peux l'être parfois avec GOT, ça se lit très vite. D'autant plus qu'une fois dedans, on ne voit pas le temps passer, on est littéralement emporté par l'histoire.

Histoire à laquelle je ne m'attendais pas vraiment. J'ai eu l'impression qu'il y avait deux histoires en réalité et le résumé ne parle que de la seconde.
Toute la première partie du livre est consacrée à Mortador et Baïa, deux sorciers qui étudient dans une école réservée aux gens de leur rang. Rien à voir avec Harry Potter, cela dit ! Nous sommes à une époque moyennageuse - en apparence seulement. Moi qui aime bien savoir quand ça se déroule, je me suis demandée à quelle époque ça pouvait correspondre et finalement, dans la deuxième partie, j'ai été très surprise.

Autre surprise : Mortador. C'est la première fois que je vois un méchant aussi bien décrit par une femme. Aucune retenue, ce type est affreux, ignoble, tout ce qu'on veut en négatif. Je ne sais pas si ça se dit mais tous ses défauts sont exacerbés et rien que de l'imaginer, j'en avais des frissons. D'ordinaire les hommes sont plus doués pour incarner ce genre de personnage, les femmes leur accorderont toujours une petite faiblesse. Là : nada ! Du coup : super logique et on a envie de l'étriper tout du long.
Baïa, qui n'est pas réellement évoquée dans le résumé est toute aussi importante. C'est quand même avec ces deux là que tout commence. J'aime beaucoup cette première partie, il y a une intensité qui n'était pas dans la seconde. Après, mis à la part les passages sur Mortadors, je ne l'ai plus ressenti. Ca virait un peu au roman arthuresque ou tolkienien, avec une quête, des compagnons improbables. Intéressant aussi mais, et c'est là que le bas blesse : manque cruel de dialogue et quelques passages éclipsés.  J'aurais préféré des conversations plutôt que de la simple narration quand Laborgne ou Nand expliquent des choses par exemple. Plus d'échanges verbaux tout simplement. Ca aurait donné plus de profondeur à Kaouk, qui fait un peu pâle figure sur ce plan face à Mortador, ou même Baïa. Honnêtement j'ai pesté pour la scène Opaline/Kaouk qui a été expédiée en trois lignes. Pis bon, je reste une femme, j'aime imaginer les scènes, là j'étais sur ma faim. Je me visualisais Jason Momoa avec des yeux vairons et paf plus rien, lumière éteinte. Grrrr

Sinon j'ai bien aimé le fait qu'un souvenir nous permette de plonger dans le passé des personnages. Ces passages du présent vers leur enfance étaient bien ammenés, ce qui n'est pas toujours le cas dans d'autres romans.

Je vais jouer les emmerdeuses et ajouter que j'aime pas du tout la couverture. Elle ne reflète pas l'âme du roman. Quel dommage ! Surtout quand on sait qu'une bonne moitié des lecteurs - au moins - s'arrêtent à ça. Donc, chères lectrices, chers lecteurs ne vous y fiez pas ! Ce doit être un coup de Mortador ;)

Ah j'oubliais la fin. Je ne m'attendais pas à un tel dénouement. J'étais dégoutée et en même temps c'est génial. Mais je peux pas en dire plus ^^ 

Voilà pour ce roman que je qualifierais d'heroic fantasy, qui m'a réconciliée avec le genre. Merci encore à Kate Oliver et à son éditeur de me l'avoir fait découvrir. Et à bientôt ! 

lundi 26 janvier 2015

Vieux, râleur et suicidaire - La vie selon Ove


Coucou !

J'espère que vous allez bien. Je viens de terminer Vieux râleur et suicidaire de Fredrik Backman. Un coup de coeur ! Je dois dire que j'ai de la chance en ce moment avec les livres piochés au hasard dans ma PAL. Avant de vous en dire plus voici le résumé :


Depuis la mort de sa femme Sonja, Ove, connu dans tout son lotissement pour être plus intéressé par la surveillance du quartier que par la convivialité entre voisins, n’a pas le moral. Quand il est mis à la pré-retraite, c’est le coup de massue final qui le pousse à envisager le suicide. Il va désormais être animé par un seul objectif : quitter ce monde« dont il ne comprenait plus la langue ». Mais c’est sans compter sur Parvaneh, sa nouvelle voisine, et un chat, qui sans le savoir vont à chaque fois perturber ses plans, pousser le râleur à les aider et à retrouver une certaine joie de vivre…Non sans se prendre quelques coups de griffe au passage !

♣♣♣♣♣♣♣♣

Par où commencer ? Je viens à peine de le finir et je me sens encore tout émotionnée ! Tout au long du roman j'ai alterné entre sourire, larmes aux yeux et rire. Que ce soit par les anecdotes ou les mots employés, vous ne pourrez pas rester de marbre. La plume de l'auteur est géniale pour le coup. J' imaginais tellement bien les scènes que je riais dans le train. J'étais à fond dedans. Tellement que j'ai aussi dû me retenir de pleurer. Il y a des passages qui vous empoignent le coeur. Des choses de la vie mais formulés d'un telle façon... Et puis, si Ove a eu la chance de rencontrer son âme soeur, il a aussi vécut tellement de choses tristes et difficiles. Au début il apparait comme un vieux rochon, mais comme c'est écrit à un moment : on ne connait pas l'homme si on ne connait pas l'histoire. Et là je me suis dit : mais c'est tellement vrai ! On juge si facilement sans savoir ce que les gens ont vécu. Et on perd si vite patience avec les personnes âgées sans penser aux fardeaux qu'elles ont certainement porté. Sans oublier tous les petits principes d'Ove. Il n'est certes pas joyeux mais c'est un mec bien ! S'il y en avait plus des comme ça. Le pire c'est que lui il ne s'en rend même pas compte, dans sa tête c'est normal. Cet homme qui ne sourit pas, qui râle tout le temps a, au final, le coeur trop gros. Au sens propre et littéraire :)

Ove passe son temps à vouloir se suicider. Mais on a l'impression que la vie refuse de le laisser partir. On peut aussi se dire que c'est sa défunte femme qui y veille. Elle n'est pas là et pourtant elle est omniprésente dans le livre. Pratiquement un chapitre sur deux est sur le passé d'Ove; nous avons donc tous les moments importants de sa vie et Sonja y est presque toujours. Comme c'est si bien écrit : elle est les couleurs de sa vie. Ove a un tel regard sur elle... Pfiouuu je crois que c'est le plus romantique que j'ai vu en fait ! Sans fioriture, juste l'amour a l'état pur, le don de soi, l'envie de tout offrir à l'être aimé, tout ça c'est tellement plus fort que des roses et des chandelles, sérieusement.

Il y a un autre personnage que j'ai adoré : le chat ! L'amoureuse des chats que je suis a forcément craquer. Il a un de ces caractères, c'est excellent ! Parfois je reconnaissais les miens. En tout cas, quand on dit que ce n'est pas le maître qui choisit son animal mais l'inverse et bien là, c'est totalement vrai. Et au delà de ça il choisit son ami.
Tous les autres personnages sont sympathiques, à part la bécasse et l'homme en blouse blanche biensur. Mais le monde n'est pas parfait ;) Tous les gentils remplacent le vide dans la vie d'Ove sans qu'il ne puisse rien y faire au final et c'est tellement touchant. Rien que d'y penser j'ai encore les larmes aux yeux !

Ce livre m'a vraiment émue, touchée. Ca n'a pas été sans me rappeler le personnage du dessin animé Là Haut, personnage qui m'avait fait tirer ma larmichette également. Si vous avez envie d'une histoire de vie, qui soit une espèce d'ascenseur émotionnel, je vous le conseille vivement. Et si vous n'aimez pas c'est que je dois être ultra sensible en ce moment ^^

Bisous !  

mercredi 21 janvier 2015

Mercy Thompson T 1 - L'appel de la lune


Coucou !

J'espère que vous allez bien en ce milieu de semaine et que vous n'avez pas trop froid. Perso, j'ai ressorti les gants, c'est vous dire ! Mais ne parlons pas météo ;)
Je participe à un challenge binôme lancé par Au boudoir écarlate et ma binôme, Rinne, m'a choisi le tome 1 des Mercy Thompson. J'appréhendais parce que jusque là, les bitt-litt et moi ça fait deux. Pourquoi l'avoir mis dans ma PAL ? J'étais curieuse simplement. Je ne sais pas quand j'aurais fini par le tenter, dans un an, dix, allez savoir ! Du coup merci Rinne ♥ 
Au passage, ça rentre dans mon challenge Un mois, un thème.
Avant d'en dire plus, voici le résumé : 


Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin. Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine. " En effet, Mercy Thompson n'est pas une fille des plus banales. Mécanicienne dans le Montana, c'est une dure à cuire qui n'hésite pas à mettre les mains dans le cambouis et à sortir les griffes quand le danger frappe à sa porte. Mais ce n'est pas tout : son voisin très sexy est le chef de meute d'une bande de loups-garous, le minibus qu'elle bricole en ce moment appartient à un vampire, et la vieille dame très digne qui lui rend visite vient jeter des sorts sur son garage. Au cœur de ce monde des créatures de la nuit, Mercy se trouve mêlée à une délicate affaire de meurtre et d'enlèvement...

♣♣♣♣♣♣♣♣

Comme je le disais, j'étais curieuse. Disons que la cover me plaisait, le résumé aussi mais j'avais peur que ça soit aussi blasant que du Keri Arthur. Pas du tout ! Rien à voir, même ! Moi qui pensait que les bitt-litt c'était des personnages en rût H24, ne sachant pas se tenir, et qu'on a envie d'étriper, j'ai découvert cette saga avec plaisir. 280 pages et pas une scène de sexe ! Woaw ! Pourtant il y a une, voir des, histoires d'amour sous jacentes. Juste qu'elle sait se tenir, et pareil pour les loups-garous qu'elle fréquente. Comme c'était bon !

L'intrigue ne tourne donc pas autour de la question : qui je vais me taper ce soir ? Elle est bien ficelée, même complexe, jusqu'au bout on cherche à comprendre. Elle ne nous tombe pas dessus direct, on a le temps de découvrir la jeune femme, son environnement, ses proches. Tous les personnages ont une importance, et les peu développés dans celui ci le seront dans les prochains j'en suis certaine. Je n'ai pas l'impression que l'auteure soit du genre à nous innonder de perso comme ça, elle prépare forcément la suite. Surtout quand on pense qu'il y a déjà 9 tomes.

Donc une bonne intrigue, à travers de laquelle on découvre tout un univers, et un univers complet. Il y a les loups garous, les vampires, les faes (première fois pour moi) , les sorcières, les changeurs. Au début je me suis dit : ouh la ! Trop d'espèces, tue l'espèce. J'ai été agréablement surprise par le fait que non. On ne s'emmêle pas, il y a des codes pour chacun et leur monde est bien développé. D'ailleurs pour l'instant je ne supporte pas les vampires - à part Stefan. Eux, qui sont mes chouchou d'ordinaire, là je n'ai pas été charmée. Pas dans le sens où ils sont fades ou sans intérêt, loin de là ! Mais je les trouve trop... comment dire ? Cons. Oui, je crois que c'est le bon mot. A voir dans les suites ^^ J'ai hâte d'en découvrir plus sur Stefan en tout cas.

Et biensûr je veux plus d'aventures avec Adam, Samuel, Warren, Jessie... Ils m'ont tous plu à leur façon. Quant aux mâles dominants depuis le début mon coeur bat entre Adam et Sam. Je n'arrive pas à me décider !! Mercy non plus dirait. Venons en à elle justement. Je l'ai kiffée !!! Elle n'est pas lourde, j'ai jamais eu envie de la claquer - c'est rare lol J'aime son côté rebelle tout en sachant quand se la fermer, son côté garçon manqué sans que ça soit dans l'excès, sa franchise, son engagement, sa générosité... Bref tout, même ses défauts. Elle est trop chouette !

Le seul bémol c'est que parfois il y a trop de descriptions pour des trucs où on s'en fiche un peu. Mais ça va, ce n'est pas tout le temps heureusement !

En gros c'est un premier tome au top. J'ai très envie de lire la suite aussi bien pour les intrigues que pour les amours de Mercy :)

Bisous


vendredi 16 janvier 2015

Noces secrètes


Bonjour tout le monde !

Plus que quelques heures et c'est le week end ! Enfin ! Ok, peut être pas pour tout le monde, alors courage à ceux qui bossent.
Pour le lancement du challenge : un an, un challenge et des livres auquel je participe grâce aux blogs de mes super copines Samounette & Gwenlan, ce mois ci c'est romance historique. J'adore ça ! Et pour me faire plaisir j'ai relu Noces Secrètes de Margaret Moore, qui est en fait le tome 1 de la saga Frères d'armes. Oui, je fais toujours des découvertes et celle là c'est grâce à Sam, à qui j'avais conseillé ce livre car comme d'hab : moi, rien capté ! *boulet*
En avant pour le résumé :


Ecosse, 1235. S'enfuir avec le ténébreux Adair Mac Taran ? Marianne Beauxville ne peut s'y résoudre. Certes, cette solution lui permettrait d'échapper au mariage que son frère, seigneur normand, veut lui imposer. Mais Adair est-il vraiment un homme de confiance comme il le prétend ? Après tout, malgré son charme indéniable, il est écossais et donc un ennemi potentiel. Plus grave encore, ce barbare n'a pas hésité à lui voler un baiser scandaleux, au mépris des convenances. Autant de raisons qui poussent Marianne, prudente, à refuser son aide. Un refus dont Adair n'a manifestement pas tenu compte puisqu'il surgit dans sa chambre, la veille des noces, pour l'enlever...

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Quand je lis j'adore imaginer les héros. Comme j'étais en pleine période Merlin (la série) je ne pouvais m'empêcher de voir Katie McGrath en Marianne. Je la vois bien jouer cette jeune femme au caractère plutôt bien trempé. Et comme toujours dès que je fantasme sur un mec : Henry Cavill pour Adair. Ah, Adair.... j'y reviendrais

Tout commence mal. Marianne est promise à un vieux crouton pour arranger les finances de son frère. Frère odieux ! Comme on la plaint. Elle ne connait pas grand chose de la vie mais ce n'est pas non plus le genre pucelle niaise à souhait, ouf. Bien que j'ai souvent eu envie de la claquer. Comment pouvait elle remettre en doute la droiture d'Adair ? Non mais ! Ok, je ne suis pas objective du tout ^^
Pour éviter un quiproquo qui aurait créé un scandale démesuré, elle accepte de fuir avec lui. A partir de là on a le droit à des aventures, des complots, et biensur de l'amour !!!

C'est un roman bien écrit et on n'a pas le temps de s'ennuyer. Tout est distillé de façon à ce que même les magouilles politiques nous captivent. Pour ma part c'était mon premier roman avec des highlanders et j'ai adoré leur façon d'être, de vivre, leurs clans. Sans compter sur Adair qui est pour moi THE MALE par excellence ! Il n'y a pas un héros qui a su autant me donner envie d'être dans un roman. Aussi pour ça que j'ai pris tant de plaisir à le relire. Il est loin d'être parfait, il a un caractère à la con parfois mais il est tellement touchant. Et seksyyyyyyyy ! mamamia ! J'en veux un tout pareil !

Vers la fin il y a une découverte qui m'a bien surprise. Une sorte de retournement de situation auquel je ne m'attendais pas. Choc ! Du coup c'est vraiment une bonne surprise d'avoir, pour une fois, une intrigue à côté de la romance qui ne soit pas plate ou sans intérêt.

J'ai hâte de lire les autres, en espèrant qu'ils soient aussi bien que celui - ci. Si vous n'avez jamais testé ce genre je vous le conseille, et si vous aimez ce genre et les highlanders, alors plongez y !

Bisous et bonnes lectures !


mardi 13 janvier 2015

Un amour de geek




Hello !

Cette semaine j'avais besoin d'une lecture légère pour m'aérer l'esprit. J'ai donc opté pour Un amour de Geek de Luc Blanvillain. Pas fait exprès, mais en ce moment je suis très écrivains frenchy et c'est encore un livre pris sans regarder de quoi ça parlait vraiment. Le titre m'a accrochée et je n'ai pas regretté ! Mais avant de vous en dire plus, voici le résumé :


Thomas est un geek. Un quoi ? Un geek. C'est-à-dire un nolife qui fragge comme il respire, slappe les cheaters et bizute les noobs. Si vous n'y comprenez rien, c'est que vous êtes un pauvre parent, perdu dans la réalité. Mais si, comme Thomas, vous passez vos nuits devant l'écran à dégommer des crâs, à assiéger les donjons d'Azeroth, à diriger des guildes, vous savez ce que vivre veut dire. Dans son monde Haute Définition, Thomas échappe aux êtres désagréables qui grouillent " in real life " : les nazes du lycée, l'odieux Latreille, Mme Friol, la prof de français fan de gros bouquins bourrés de descriptions. II supporte même ses parents, leurs gratins bios et sa petite soeur Pauline. Alors ? Où est le problème ? Le problème, c'est Esther dont Thomas est bêtement tombé amoureux. Esther qui voltige sur le dos des chevaux, aime la lumière dans les arbres et rêve de vrais voyages. Esther qui déteste les ordinateurs et ne sortira avec lui que s'il cesse d'être un nolife et jure de ne plus s'approcher d'un écran. Thomas relèvera-t-il l'impossible défi ?

♣♣♣♣♣♣♣♣

Comme je vous le disais, le titre m'a emballée. En tant que geekette, fiancée à un geek, forcément ça interpelle ! Je me suis donc plongée dans ce roman sans doute plus ado-jeunes adultes que pour la trentenaire que je suis mais franchement, c'était tellement bon !

Dès les premières pages ça m'a fait délirer. Rien que le langage geek, si loin du sérieux des héros habituels, ça m'éclate. L'auteur a des tournures de phrases et des jeux de mots géniaux. J'ai parfaitement visualiser les personnages et les scènes, le livre vous ramène au lycée !

Sans doute parce que j'ai regardé trop souvent SODA j'avais la tronche de la famille Fontella, même si au final ils ne leur ressemblent pas tellement. Thomas et Pauline se rapprochent de plus en plus, la petite soeur est une maline et loin d'être peste, tandis que lui bah c'est un mec ado dans toute sa puissance ! Touchant cela dit. Parce que l'histoire ne tourne pas qu'autour de son amour pour Esther. Déjà il y a ses ennuis avec Latreille, sa vie au lycée et surtout les problèmes familiaux. Cette partie m'a rappelé mes parents, et du coup j'ai dit à mon homme que si on prenait cette voie je lui ferais lire ce bouquin pour que jamais il nous arrive la même chose.

Ce livre vaut la peine d'être connu. Il m'a donné envie de voir si Luc Blanvillain en avait sorti d'autres. Si vous avez envie de passer un bon moment, de rire, alors n'hésitez plus ! Il y a de tout : une histoire d'amour au développement original, un peu de suspense et tension, un vilain, des bonnes vannes, pas de longueur... super cokctail en somme !

J'espère vous avoir persuadé(e)s ;) Bonne soirée et bonne semaine. Bisous

dimanche 11 janvier 2015

Voyageurs - tome 1, la cité des rêves


Bonjour !

J'espère que vous allez tous bien malgré les derniers évènements. 
Pour mon challenge Un mois - un thème, j'ai choisi un roman d'une jeune auteure française. 
Cette semaine j'ai enfin pu lire en entier le premier tome de Voyageurs et j'ai adoré. J'ai mis du temps mais pas à cause du livre, loin de là. C'était bon de m'y plonger chaque fois j'ai pu. Mais avant de m'étaler voici le résumé : 


Liana est une jeune femme à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Abandonnée dans un jardin public vers l’âge de quatre ans, elle s’inventera des vies au travers de ses rêves plus qu’étonnants... À l’université de Chambéry où la psychologie y est dispensée, elle rencontrera un groupe d’amis et surtout Gab, un jeune homme venant d’une famille étrange et riche, qui saura la séduire... Un jour, un grimoire, un rêve et son destin va être bouleversé. Un monde secret lui sera dévoilé, celui de la Cité des Rêves. Elle n’est autre qu’un Voyageur, un être capable de naviguer au cœur même des productions chimériques des humains. Cette histoire improbable se mêle à la réalité et son tuteur onirique, Naël, tentera de lui inculquer leurs règles dans ces deux mondes. Des cauchemars, des missions, des meurtres, un voyage en Italie et Liana accepte enfin la réalité... Carl Gustav Jung, un des précurseurs de la psychologie, a dit : « En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers les rêves et nous fait savoir qu’il nous voit bien différemment de ce que nous croyons être. »

Ainsi commence la saga « VOYAGEURS »...

♣♣♣♣♣♣♣♣

Tout d'abord je suis tombée vraiment par hasard sur la page facebook d'Emilie Zanola. Je ne sais plus quand ni pourquoi je lui ai fait une demande d'amis, mais je ne regrette pas. Et je tiens à préciser que j'ai payé le téléchargement du livre :) C'est le premier que j'ai acheté pour la liseuse que j'ai eue à mon anniversaire. Bref !

Dès les premières pages j'ai été emballée. L'écriture est fluide et la présentation des personnages m'a emportée de suite. D'ailleurs ça commence avec une scène mystérieuse, et je dirais même que c'est dès cette première page que j'ai été aspirée dans l'univers de Voyageurs. Car il y a un véritable univers créé par l'auteure. J'ai pris plaisir à le découvrir au fil des pages, j'étais captivée par les aventures de Liana, et biensûr je n'ai pas arrêté de me demander quoi, comment. J'adore ! J'avance même des théories sur d'autres personnages et j'ai hâte de savoir si j'ai raison ou non. 

Les fans de scènes torrides seront déçus car il n'y en a pas mais perso, ça ne m'a pas manqué. Ce n'est pas une romance, c'est vraiment du fantastique et ce qui prime c'est l'intrigue. Je vais de ce pas m'acheter le second tome et vivement que le troisième sorte. 

Autre chose qui m'a plu c'est que ça se passe en France, et même pas à Paris. J'ai découvert des lieux que je ne connaissais pas ou peu. En plus j'ai de la famille à Chambéry alors ça m'a rappelé des souvenirs :) 

Le seul truc que je n'ai pas compris c'est pourquoi toute une partie du livre les rêves de Liana sont écrits à la première personne, puis à la troisième. Ca m'a un peu perturbée au début, ensuite je m'y suis fait mais je compte poser la question ^^

Pour finir, ce livre m'a fait rêver. Depuis petite je m'amuse à me souvenir de mes rêves - mon chéri dit toujours que j'ai des rêves de folie. Je suis persuadée aussi d'avoir eu des messages par leur biais alors qui sait... cette cité existe peut être ! Et peut être que je suis une voyageuse hehe

Gros bisous et bon dimanche !


vendredi 9 janvier 2015

JE SUIS CHARLIE


Cher(e)s amie(e)s,

Je ne vous connais pas tous personnellement, mais nous partageons tous l'amour des mots, nous sommes comme une grande famille. Hier était un jour de deuil national et j'ose imaginer que nous avons tous été touchés par cette tragédie. Pas la première, pas la dernière malheureusement - il y en a tous les jours dans le monde et ça continue, mais le débat n'est pas là. 

Le 7 janvier 2015, le Mal a frappé. Il a tué des innocents. Qu'on adhère ou non à l'humour satirique de Charlie Hebdo, ces dessinateurs, ces chroniqueurs étaient aussi innocents que l'agent d'entretien ou les agents de police/protection. Aucune de ces personnes n'a blessé, ni mis en danger leurs agresseurs. Certes les caricatures ont heurté des sensibilités, oui ils étaient irrévérencieux mais rien n'excuse cette barbarie.

Je suis choquée, comme des milliers d'autres, par tant de cruauté et d'intolérance. Je suis choquée qu'on ai voulu faire taire ces gens dans un pays où nos aïeuls se sont battus pour la liberté d'expression. Et ce pays c'est le mien, le vôtre, le nôtre. Quelque soit notre couleur de peau, notre origine, notre religion, ce pays est à nous. Il ne faut pas céder à l'oppression sinon il n'y aura plus de retour possible. Et nous pouvons leur résister ! A condition de ne pas perdre de vue nos valeurs, et parmi elles : la fraternité. 

Nous ne devons pas avoir peur des uns et des autres. Car c'est la Peur qui nous détruit. Elle s'insinue en nous depuis trop longtemps et il est grand temps que chacun apprenne à l'anéantir. Elle est en chacun de nous à différent niveau mais songez y : on ne sourit plus parce qu'on a peur que les gens nous prennent pour des tarés ou des pervers, on n'ose pas approcher un groupe de filles qui a l'air sympa parce qu'on a peur qu'elles ne veuille pas de notre amitié, on ne parle pas à nos voisins parce qu'on a peur que ça se passe mal un jour, on ne tentera pas un boulot parce qu'on a peur de ne pas être à la hauteur, on ne dira pas la vérité parce qu'on a peur de blesser ou d'être puni, on ne vit pas pleinement notre amour parce qu'on a peur d'être jugé et rejeté... Et aujourd'hui : on a peur des musulmans parce que des dingues se cachent derrière l'islam pour assouvir leurs délires malsains. NON ! Il faut cesser d'avoir peur, cesser de se faire des films, cesser de ne pas réfléchir et cesser les amalgames. 

Ce qui est arrivé est terrible mais ce n'est pas la faute des musulmans, ce n'est pas celle de dessinateurs humoristiques. C'est la faute à des êtres qui ont perdu leur humanité. Eux seuls sont à blâmer. Si mon blog peut servir à faire passer ce message alors j'en serais heureuse. Le monde va mal, nous allons mal. Mais si on ouvre nos coeurs et qu'on réalise que nous sommes tous issus de la même race, que nous sommes tous humains malgré nos différences qui sont aussi notre force, alors on pourra espérer un avenir meilleur. Si chacun fait un pas vers l'autre, on pourra vaincre la Peur, l'Obscurantisme, le Mal. 

Nous sommes légion, nous pouvons le faire ! 
Je vous aime ♥ 

Laeti. 
#jesuischarlie 


mardi 6 janvier 2015

Trois soeurs à New York


Bonjour tout le monde !

J'espère que la rentrée - scolaire ou au boulot, s'est bien passée pour tous. Pour ma part, après neuf mois à la maison, j'ai repris et surtout j'ai dû laisser mon ptit amour à la nounou. C'était tragique ! Pour moi, parce que lui visiblement ça ne l'a pas perturbé. J'ai pleuré une bonne heure. Bref ^^

Aujourd'hui je vais vous parler d'un livre très sympa sur lequel je suis tombée absolument par hasard. J'aime bien prendre un peu au pif :) Trois soeurs à New York de Melissa Senate. Je vous propose de lire le résumé pour commencer.


Qu'est-ce qui peut bien pousser Ally, Sarah, Zoé, ces trois New-Yorkaises hyperindépendantes, à se réfugier... chez leur cher papa ? Peut-être Ally, l'aînée, a-t-elle quelques petits problèmes avec son mari ? Il faut dire que ce n'est pas l'homme le plus fidèle de l'univers... Quant à Sarah, il se pourrait bien qu'elle ait des difficultés à annoncer à Griffen, son petit ami depuis deux mois, un heureux et néanmoins surprenant événement. Enfin, Zoé, la " diva des marieuses ", celle qui vous dit comment réussir à coup sûr un premier rendez-vous, a semble-t-il certaines réticences à... s'engager Mais chuuut ! Leur cher papa ne sait rien, ne dit rien... Il n'est pas là pour leur faire la morale, non. Il est là pour soutenir, avec une patience infinie, ses trois phénomènes de filles...

♣♣♣♣♣♣♣♣

C'était tout à fait ce qu'il me fallait pour passer le temps dans les transports ! Et comme je n'avais même pas lu de quoi ça parlait, j'ai eu des surprises tout du long. J'ai rit, sourit, et même eu la larme à l'oeil. Les frangines sont vraiment attachantes, chacune à leur façon. Elles m'ont toutes touchées à un moment donné de l'histoire. 

Sarah est un peu une Bridget Jones : spontanée, gaffeuse, romantique. Zoe c'est plus la fille qui a de l'assurance, qui a l'air parfaite, et pourtant elle a quelques névroses elle aussi ! Et Ally c'est un peu la grande soeur qui a pris la relève de la maman, qui cherche toujours à avoir le contrôle et qui n'a même pas vu que son mariage battait de l'aile. Bon à part pour le mari - et heureusement - je me suis sentie très proche d'elle. Sa façon d'être avec sa soeur Sarah et cette manie de ne pas lâcher prise, je me suis vue à des moments de ma vie. C'était presque flippant. Sans doute pour ça qu'elle m'a foutu les boules plus d'une fois. 

Il y a d'autres personnages autour des soeurs, plus ou moins déjantés, et originaux. Le père totalement à l'ouest, la mère de Zoe : drama queen en puissance ! Biensûr il y a des hommes dans l'histoires, plusieurs, autour des frangines. Rien n'est simple et pourtant ça ne tombe pas dans le mélo, ni dans le réchauffé. J'ai adoré l'évolution des filles elles même, et aussi de leurs relations entre elles et avec les autres. 

Le plus étonnant c'est que chacune raconte son histoire. C'est écrit à la première personne pour les trois, un chapitre chacune, et donc chacune leur tour. J'ai trouvé ça vraiment original. Pour ma part, c'était la première fois que je voyais ça. 

Je mettrais quand même deux petits bémols. D'abord, les fautes de traduction. Il y a des formulations de phrase étranges et je pense que ça vient de là. Mais aussi il y a des moments où je perdais le fil quelques secondes car la narratrice raconte le présent puis soudain vire dans le passé pour revenir au présent. C'est déstabilisant. Des fois c'est fluide, on capte bien et d'autres fois je me suis demandée si j'avais pas loupé une page. Heureusement, c'était rare !

C'est un livre que je conseille vivement. Surtout à celles qui ont des soeurs, des familles recomposées aussi, et même à celles qui ont des peines de coeur. C'est bien plus réaliste que la plupart des chick-litt tout en restant positif. Petit coup de coeur pour Daniel ♥ 

En espérant vous avoir donné envie de le découvrir, je vous souhaite une bonne semaine ! Bisous 

jeudi 1 janvier 2015

passion sous contrat


Bonne et heureuse année !!!!

Je vous présente tous mes voeux pour 2015 et une montagne de super livres :)

En même pas 2h j'ai dévoré Passion sous contrat d'Emily Blaine - vive ma liseuse ! Oui, parce que malheureusement ce livre n'est qu'en format numérique. Et dernièrement j'ai acheté tous les premiers romans de miss Blaine.
Je vais donc commencer l'année avec une petite chronique sur cette romance. D'abord, comme toujours, le résumé !


Quand elle apprend qu’elle va désormais être l’assistante d’Alexandre Kennedy, le grand patron de l’entreprise où elle travaille depuis quelques années, Sarah voit d’abord cela comme une bénédiction : terminés les caprices de sa chef tyrannique ! Sauf qu’Alexandre exige aussitôt d’elle une conduite impeccable et une disponibilité maximum, au point qu’elle se retrouve bien vite obligée de passer une grande partie de ses soirées et de son temps-libre à ses côtés. Pourtant, même s’il lui mène une vie impossible, avec ses exigences et ses contradictions, Sarah ne peut se résoudre à mettre fin à cette situation intenable. D’abord parce qu’elle a envie de se prouver qu’elle est à la hauteur de la mission qu’on lui a confiée. Mais surtout parce qu’Alexandre est scandaleusement sexy, et qu’elle ne peut s’empêcher de se demander si cette façade dure et catégorique ne cacherait pas un tout autre homme…

♣♣♣♣♣♣♣

Déjà ça m'a fait pas mal sourire parce que le boss s'appelle Alexandre comme mon homme. J'ai essayé de ne pas trop penser à lui en lisant, surtout qu'ils n'ont rien à voir ahah.
Le roman est trop court, snif ! J'avais envie de plus. C'était fluide et tellement sympa que je l'ai lu quasiment d'une traite. Presque comme une nouvelle.

Le seul bémol c'est que j'ai l'impression d'avoir lu un essai pour Dear You. Comme si ce dernier était une version développée de Passion sous contrat. Alexandre et Andrew se ressemblent terriblement, Sarah et Kat aussi. Sans compter l'histoire des fleurs à chaque fois, la relation "interdite" car ça interfère avec le travail. Même si j'ai beaucoup aimé, j'aurais préféré plus d'originalité.

Si vous aimez le style d'Emily et que vous avez envie d'un roman rapide, je vous le conseille. Vous passerez un bon moment !

Bisous et encore une excellente année ♥♥♥♥